Tartine, Caviar de courgette et Osso Iraty

Tartine gourmande, tartinée de caviar de courgette, lamelles d’osso Iraty et champignons, vinaigrette acidulée.

Ingrédients : 1 pain tranché (céréales ou campagne) 1 gousse d’ail

Le caviar de courgettes :

1 courgette
1 gousse d’ail
1 c à s de pignons de pin
2 c à s d’huile d’olive
6 feuilles de basilic
1 fromage frais
Sel et poivre

L’huile acidulée :

3 c à s d’huile d’olive
1 jus de citron
½ jus d’orange
Sel, poivre

Dressage :

150g de fromage Ossau-Iraty
Champignons de paris
QS de piment d’Espelette

 

Les tartines :

Frottez chaque tranche de pain avec la gousse d’ail épluchée et coupée en 2. Passez-les ensuite au grille-pain.

Le caviar de courgettes :

Lavez la courgette, et retirez les extrémités. Coupez-la en brunoise. Faites chauffer une grande poêle avec l’huile d’olive, puis jetez-y la courgette coupée. Laissez cuire 5mn en remuant. Salez et poivrez, puis ajoutez les pignons de pin. Laissez cuire encore 5mn, puis débarrassez dans le bol d’un mixer. Ajoutez les feuilles de basilic, la gousse d’ail épluchée et dégermée, le carré frais, l‘huile d’olive puis mixez jusqu’à l’obtention d’une pâte lisse.

L’huile acidulée :

Dans un bol, mélangez l’huile d’olive, les jus de citron et orange, sel et poivre. Dressage : Étalez sur chaque tartine le caviar de courgettes. A l’aide d’un économe faites des copeaux d’Ossau-Iraty et coupez des lamelles de champignons. Sur la tartine, alternez les copeaux d’Ossau-Iraty et les lamelles de champignons. Arrosez d’un filet d’huile acidulée et parsemez de piment d’Espelette.

Bon appétit.

Recette de confiture à la courgette

C’est le moment de manger des courgettes… et aussi de faire des confitures !

La confiture de courgettes se déguste comme un autre confiture, mais surtout en plats sucrés-salés avec du fromage.

Le top du top, c’est une galette de blé noir avec du fromage de chèvre frais, de la confiture de courgettes et des baies roses, à déguster à la Crêperie Le Clos à Plouhinec (56) qui m’a aimablement communiquée sa recette.

Les ingrédients pour 8 pots de confiture

  • 2 kg de courgettes
  • 500 gr de pommes
  • 1 citron
  • 1,5 kg de sucre semoule
  • 1 botte de basilic

Eplucher une fois sur 2 les courgettes, les laver et les émincer en fines rondelles. Eplucher et épépiner les pommes. Les émincer en fines tranches.

Mélanger dans un grand saladier les courgettes, les pommes, le sucre et le jus de citron. Recouvrir le tout et laisser l’ensemble mariner une nuit dans un endroit tempéré ou au frais.

Le lendemain, verser les courgettes et les autres ingrédients dans une casserole et laisser cuire doucement à couvert.

Quand le mélange commence à bouillir, continuer la cuisson à découvert toujours sur un feu doux. Laisser cuire la confiture jusqu’à ce qu’elle devienne sirupeuse (environ 30 minutes). Les fruits et les légumes ne se décomposent pas, c’est normal. Mixer alors la confiture.

Disposer dans chaque pot bien propre une ou deux belles feuilles de bacilic. Verser la confiture bouillante dans chaque pot. Les fermer et les retourner de façon à ce que le couvervle soit en bas. Laisser ainsi reposer jusqu’à refroidissement total.

Puis dégustez !

 

Écrit par Anne

Recette de confiture à la courgette

C’est le moment de manger des courgettes… et aussi de faire des confitures !

La confiture de courgettes se déguste comme un autre confiture, mais surtout en plats sucrés-salés avec du fromage.

Le top du top, c’est une galette de blé noir avec du fromage de chèvre frais, de la confiture de courgettes et des baies roses, à déguster à la Crêperie Le Clos à Plouhinec (56) qui m’a aimablement communiquée sa recette.

Les ingrédients pour 8 pots de confiture

  • 2 kg de courgettes
  • 500 gr de pommes
  • 1 citron
  • 1,5 kg de sucre semoule
  • 1 botte de basilic

Eplucher une fois sur 2 les courgettes, les laver et les émincer en fines rondelles. Eplucher et épépiner les pommes. Les émincer en fines tranches.

Mélanger dans un grand saladier les courgettes, les pommes, le sucre et le jus de citron. Recouvrir le tout et laisser l’ensemble mariner une nuit dans un endroit tempéré ou au frais.

Le lendemain, verser les courgettes et les autres ingrédients dans une casserole et laisser cuire doucement à couvert.

Quand le mélange commence à bouillir, continuer la cuisson à découvert toujours sur un feu doux. Laisser cuire la confiture jusqu’à ce qu’elle devienne sirupeuse (environ 30 minutes). Les fruits et les légumes ne se décomposent pas, c’est normal. Mixer alors la confiture.

Disposer dans chaque pot bien propre une ou deux belles feuilles de bacilic. Verser la confiture bouillante dans chaque pot. Les fermer et les retourner de façon à ce que le couvervle soit en bas. Laisser ainsi reposer jusqu’à refroidissement total.

Puis dégustez !

 

Écrit par Anne

Bricks à l’oeuf et au cresson

Une petite recette pour utiliser le cresson au goût poivré de votre panier

Ingrédients pour 4 bricks (1 par personne) :
1 botte de cresson alénois
8 feuilles de brick
4 oeufs
1 gros oignon
1 boîte de maïs en conserve
sel, poivre et toutes les épices de votre choix
huile d’olive pour la cuisson

Hacher l’oignon et le cresson (ce qui permet de consommer au moins une partie de la tige, sinon un peu trop dure sous la dent à mon goût). Ajouter le maïs. Saler et poivrer cette préparation.
Dans une grande assiette, placer deux feuilles de brick l’une sur l’autre mais sans les superposer complètement. Une petite partie de chacune des feuilles doit dépasser un peu sur le côté.
Placer un quart de la préparation au centre des feuilles (sur quelques centimètres).
Verser une bonne dose d’huile dans une poêle ou une sauteuse et faire chauffer. Casser un oeuf au centre des feuilles de brick, sur la préparation oignons-maïs-cresson.
Replier les feuilles de brick pour former un carré. Glisser une spatule large sous le brick, et maintenir l’autre côté avec une autre spatule. Votre brick ainsi coincé entre les deux spatules, il faut le soulever délicatement mais sans tarder (le blanc d’oeuf va imbiber la feuille de brick donc il faut faire vite) et placer le brick dans la poêle de telle sorte que les « plis » rabattus des feuilles de brick soient dessous, cela permettra de les souder d’emblée et d’éviter que la préparation s’échappe.
Saisir un instant à feu fort puis faire cuire à feu moyen jusqu’à ce que ce premier côté soit bien doré. Retourner le brick et répéter l’opération. Après la cuisson, passer le brick sur une feuille de papier absorbant avant de le servir avec une salade bien relevée et par exemple garnie de parmesan en copeaux.

On peut bien sûr apporter des variations et ajouter du fromage frais dans le brick ou même de la viande hachée à la place de l’oeuf. Dans ce cas, je conseille de remplacer le maïs par des pignons et de parfumer la préparation à la cannelle.
Une fois qu’on a compris comment retourner le brick habilement (comme pour les crêpes, il faut « choper » le tour de main), cela prend un rien de temps. Pour un petit atelier cuisine rigolo, on peut proposer à chacun de faire cuire son brick et de donner un gage à celui qui le « perce » pendant la cuisson !

Le Chou Kale : un nouveau venu dans votre panier

Vous en avez tous surement pu constater l’arrivée de ces tiges étranges, verte ou violette dans nos paniers. C’est le CHOU KALE (prononcer kel) !

C’est un chou très ancien, cultivé autrefois dans les jardins français et tombé dans l’oubli, qui se décline en différentes variétés. Après un petit tour par les Pays-Bas, l’Allemagne et surtout par les États-Unis où il est très apprécié, il revient chez les maraîchers français. Non pommé, frisé, il fait fureur !

Il est assez coriace : il faut éliminer les tiges centrales et émincer les feuilles en lamelles plus ou moins larges. Il se mange cru (malaxer ses feuilles pour les assouplir) ou cuit. Les repousses printanières sont excellentes.


Comment le conserver :

Crues : dans un sachet kraft ou un torchon humidifié, pendant plusieurs jours dans le bac à légumes du réfrigérateur.

Cuites : un peu moins d’une semaine au frais dans un contenant hermétique

Congelées : ne les cuisinez pas afin d’accentuer leur goût sucré, mais coupez-les en lanières et utilisez-les dans les 3 mois qui suivent. Pour un plat cuisiné, incorporez-les, sans les décongeler, dans votre plat.

Déshydratées : au four ou au déshydrateur

Stérilisées : rincez les feuilles et enlevez la nervure centrale (utilisez-la pour des soupes), coupez-les en lanières et blanchissez ces dernières pendant 10 mn à l’eau bouillante additionnée d’une pincée de bicarbonate de soude (pour la couleur). Egouttez-les et déposez-les directement dans les bocaux stérilisés (possibilité de faire une stérilisation des bocaux au four pendant 1 h à 100° C). Recouvrez les feuilles d’eau bouillante additionnée de 3 g de sel par litre. Stérilisez 45 minutes à 100° C.

Informations :

Le chou contient des vitamines, des minéraux, des antioxydants. Il est excellent pour la santé, mais avec quelques réserves si vous avez certains problèmes de santé.

Comme tous les choux, le chou kale réduit l’absorption de l’iode (attention si vous avez des problèmes de thyroïde).

Il contient de l’acide oxalique (comme les épinards, les blettes et la rhubarbe) qui, en se liant avec certains minéraux comme le fer, le calcium ou le magnésium, mène à leur mauvaise assimilation par l’organisme, donc à de potentielles carences.

Le chou est très riche en vitamine K : attention si vous prenez des anticoagulants !

Ces réserves sont surtout à prendre en considération en cas d’une consommation de ce légume de façon importante, régulière et très fréquente (plusieurs fois par semaine et en grande quantité)..

Associations :

Le chou kale se marie à merveille avec quasiment tous les légumes et même aux fruits et fruits secs (citrons, pommes, raisins secs, noix et noisettes). Il s’associe aussi aux fromages (parmesan…) et avec les viandes et charcuteries, également aux œufs, pâtes, riz, polenta, quinoa…  Le curry et les épices indiennes, le gingembre (effet anticoagulant), la sauce soja et le tamari sont des associations intéressantes.

Quelques recettes sur internet :